Vérités et contre vérités !

Publié le par il faut le dire

BOUGEONS - NOUS !  
 
Près de 14 millions de Français avaient en 1999 un parent ou un grand-parent immigré, soit 23 % de la population.
Réjouissons-nous de cette richesse et fustigeons ceux qui propagent des propos nauséeux sous couvert de "réflexions sémantiques et autres"...
Nombre de papiers, interviews, éditos parlent de Madame Rachida Dati et il est évident que le poste qu'elle occupe exalte les vieux corporatismes ringards qui se dissimulent derrière de faux prétextes voulant alerter le bon peuple sur les dangers que court la Justice ...si on la réforme !
Des relents de racisme s'échappent des "commentaires éclairés" de tous ceux (et ils sont nombreux) qui tentent de s'opposer à une réforme nécessaire.
Je voudrais rappeler, dans le plus grand désordre, quelques personnalités nées "ailleurs" qu'en France et qui ont choisi la France et qui ont donné à la France leur talent ou leur compétence ou leur amour et leur fidélité.
 
Marie Curie  née à Varsovie
Georges Charpak né en Pologne
Joseph Kessel né en Argentine
Hélène Zourabichvili dite Carrère d'Encausse
Alain MINC, origine polonaise
Serge Klarsfeld, Roumanie
Edouard Balladur, Smyrne Turquie
Manuel Vals, né à Barcelone
Abelatif Benazzi né à Oujda
Marguerite Yourcenar née à Bruxelles
Reynaldo Hahn né à Caracas
Aimé Maeght  né à Hazebrouck
Yves Montand né en Italie
Joseph Kosma né à Budapest
 
Soutenons donc les efforts de Rachida DATI, non parce qu'elle a vu le jour de l'autre côté de la Méditerranée,
non parce qu'elle fait partie de cette minorité (?) qui a pris l'ascenseur social,
non plus parce qu'elle est une femme (mais, toutefois, vive une certaine parité!)
mais tout simplement parce qu'elle a le courage et la compétence d'affirmer son ambition de réforme.
 
* * * * *

Trois pouvoirs principaux règlent le fonctionnement démocratique de l'Etat:                                                    

-  le pouvoir Exécutif

-  le pouvoir Législatif

- le pouvoir Judiciaire. Ces pouvoirs sont censés s’équilibrer afin d'empêcher tout excès de puissance de l'un d'eux.

QUATORZE années ont été nécessaires à une succession de juges dans l'affaire du crash du Mont Ste Odile... affaire toujours pas jugée !
L'association des victimes a voulu porter plainte contre l'Etat pour lenteur inacceptable.
Plainte déposée entre quelles mains? ... celle d'un juge... qui ne l'a donc pas reçue! N'est-ce pas ce qu'on pourrait appeler être juge et partie?
Et les juges se défendent de tout corporatisme???
Les fonctionnaires en général et les juges en particulier bénéficient, du fait de leur statut, d'un régime d'irresponsabilité,au sens où il ne sont pas responsables de leurs actes et ne doivent de comptes à personne.N'est il pas fréquent de voir les juges ne pas appliquer,ni respecter la loi,essentiellement en matière de procèdure.

Rien n'oblige un juge à rendre un jugement rapide et motivé,si ce n'est sa conscience professionnelle.Mais il en est des professions de la justice comme de toutes les autres,les dilettantes,les incompétents,les fainéants ne peuvent pas ne pas exister.Dans le privé ces catégories peuvent être sanctionnées;qui a entendu parler d'un juge sanctionné parce qu'il a mis deux ans pour rendre un jugement? Plus largement qui a entendu parler d'un enseignant qui ne fait pas son travail ou qui le fait mal et qui ait été pénalisé?
Le juge, aujourd'hui à charge et à décharge... un surhomme ?
Le juge, avec toute sa pompe et ses atours, peut vous condamner à trois ans pour ...outrage à magistrat, (sans avoir à justifier quoi que ce soit)!

Depuis plusieurs années, un quatrième pouvoir se révèle être puissant , si puissant qu’il se flatte de ne relever d'aucune autorité: C'est le pouvoir Médiatique, lequel exerce ses activités sous le seul contrôle…du bon peuple ! Et ses « débordements » sont rarement sanctionnés.

Mais ne peut-on pas sentir un autre pouvoir qui émerge , celui des Juges ? Qui l’équilibre ? Le Conseil Supérieur de la Magistrature, autre refuge du corporatisme ?  En est-on sûr ?

Mais ne sent-on pas un sixième pouvoir, plus pernicieux, plus « caché » peut-être mais omniprésent et qui influe sur notre vie quotidienne ?  Si puissant, celui-ci, qu’il parvient à entraver les trois pouvoirs piliers de la République et même à influer sur les quatrième et cinquième: le pouvoir de la technocratie publique, la toute puissante bureaucratie.

N'allons pas jusqu'à énumérer un septième pouvoir... mais que dire du pouvoir insidieux des syndicats ? Bien qu'ils peinent à atteindre, en France, 10% de la population active, bien que leurs actions visent principalement à protéger ... les mieux protégés des travailleurs (fonctionnaires et assimilés), ces quelques confédérations parviennent à immobiliser le pays... ne les laisse-t-on pas faire, chacun d'entre nous?

Le droit de grève est partie intégrante de notre constitution; il est inaliénable et doit le demeurer. Pour autant, peut-on laisser ce droit de grève s'opposer au droit au travail ? Les divers piquets de grève dont on ne parle que rarement ne portent ils pas atteinte aux droits de chacun? La liberté ne s'arrête-t-elle pas aux frontières de la liberté d'autrui ?

 
* * * * *
Lesdits syndicats fourbissent leurs armes et ont marqué la rentrée par diverses actions visant à protéger les mieux nantis du service public.
Une majorité de Français a exprimé son assentiment sur les engagements politiques du Président de la République;
cette majorité représente 63 millions de français, 45 millions d'électeurs, 38 millions de votants.
Et le mois d'octobre a vu la SNCF, la RATP et autres compagnies régionales de transport recourir à la grève pour protéger quelques 500.000 agents des services publics et assimilés, moins de 1% de la population !!!
Les mêmes syndicats préparent de nouvelles grèves pour le mois de novembre. Certains, qui ne sont absolument pas concernés, les ENSEIGNANTS, par exemple ont déclaré s'associer au mouvement. Le principal syndicat étudiant, lui aussi, va défiler dans les rues... Rappelons-nous la poignée d'étudiants constestataires (et manipulés!) qui a empêché des centaines de milliers d'étudiants d'accéder à leur salle de cours !
Il est étonnant et regrettable que les Associations de Parents d'élèves restent silencieuses et n'appellent pas à contre-manifester; en 1986, pourtant, lorsque F.Mitterrand voulait "toucher" à l'école privée, les parents avaient "bougé". Les responsables de la PEEP semblent être entrés en hibernation ... A chacun de savoir faire la part des choses. La PEEP, de toute évidence, ne sait pas le faire et ne défend pas les intérêts réels de l'enfant.
L'autre association (FCPE) est plus astucieuse et beaucoup plus hypocrite; elle reste plutôt silencieuse... jusqu'aux prochaines manifestations d'enseignants qu'elle ne manquera pas de soutenir.
 
* * * * *

Commenter cet article