Elections !

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

REGARD DANS LE RETROVISEUR
 
PRELIMINAIRES : Faible participation... le sens du devoir civique est bien endormi.
Qu'on soit de droite ou de gauche, il faut être clair : la gauche remporte une victoire sur le plan local (victoire relative)
et la droite doit reconnaître qu'elle a échoué.
 
Quelques aberrations qui sont , a contrario, des satisfactions :
François BAYROU a subi une défaite cuisante; son parti, le MODEM, est assurément à très bas débit...
François BAYROU a un beau programme : lui-même. Sinon, il est contre tout.
Sans parler des alliances inexplicables avec le PC ici, l'UMP par là.
Son bras droit, Marielle de SARNEZ, (avez-vous jeté un oeil sur sa liste? misère...) fut plutot son bras gauche :campagne tellement maladroite qu'elle aussi a été recalée.
L'adversaire de Jean-Claude GAUDIN à Marseille n'inspirait guère confiance... mais on ne peut se réjouir que soit réélu un vieux baron du système, atteint par la limite d'âge...Ah oui, c'est vrai, les élus n'ont pas demandé au Législateur que leur soit appliquée la règle commune.
Françoise de PANAFIEU qui a mené à Paris la pire campagne qui fut, a l'outrecuidance de démissionner du 17ème. Nulle et , en outre, sans le courage minimum d'assumer.
Lyne COHEN SOLAL ,qui traîne quelques casserolles sur le feu, a été heureusement battue par Jean TIBERI, ce dont il ne faut pas se réjouir; question casserolles, il paraît qu'il est bien doté. Lui aussi, jeune octogénaire, devrait se reposer.
Jean-Marie CAVADA, brillant journaliste jadis, a dû épuiser ses neurones en n'allant pas siéger au Conseil de l'Europe;après avoir été au centre, puis tout proche de Bayrou, puis et puis, le chant des sirènes l'appelant, rejoignant l'UMP sans vraiment la rejoindre, il a réuni une liste patchwork où l'on trouve des candidat(e)s ne résidant pas dans le 12ème (tout comme lui!). Grande défaite pour lui. Courageux ou prudent, il a disparu des ondes depuis le 16 mars.
Il ne faut pas oublier Claude GOASGUEN, grand donneur de leçons, chef de file de l'UMP à Paris; il porte la responsabilité de la défaite de son parti dans la capitale. Il est vrai qu'il est trop occupé à courir les antichambres et autres alcôves.

Commenter cet article

paul 19/03/2008 14:51

J'adhère totalement et trouve que vous êtes encore trop indulgent!