Election...implosion ou explosion ?

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

2007 aura vu le lent déclin du PS; de semaine en semaine, son état empirait. Tous les vieux éléphants se penchaient à son chevet mais les jeunes loups mordaient à pleines dents... Le PS était exsangue, moribond... De profundis !
Mais quelques lions et lionceaux s'annoncaient comme les sauveurs potentiels de cette baronnie:
Montebourg, Peillon, Delanoe et consorts... Sans parler de la Madone du Poitou qui mettait un talent particulier à démontrer qu'elle était brillamment capable de changer... changer de quoi, au fait ?

2008 aura été une fois encore une année électorale qui aura donné un éclairage particulier sur la position des Français, après une élection présidentielle "nouvelle vague" et une orientation politique "de rupture".

Mais c'est aussi l'année où il fallait donner un nouveau premier secrétaire  au PS, Hollande ayant passé près de dix ans à ne pas faire grand chose (pour le PS!). Allons, il est temps pour lui de se resourcer en Corrèze.

Un congrès de Reims inimaginable. Impensable. Couteaux tirés contre langues de vipères.
Des motions qui proposaient grosso modo la même chose : tout sauf Sarkozy ! Quel programme novateur.

Martine AUBRY propose de s'allier aux syndicats.
Ségolène ROYAL, relookée par l'horrible Besnehard, entonne le grand air de la Fra - Ter - Ni  - Té.
Bertrand DELANOE se met à gesticuler à la tribune, façon Jack Lang.
Seul Benoît HAMON a une démarche cohérente, que l'on partage ou non ses idées très gauchisantes.

Une semaine de réflexions plus ou moins secrètes, de conciliabules, de vaines tentatives d'alliance: les ego sont tellement enflés !

Le grand perdant de cette "éliminatoire" est vert : Delanoe, plutôt rose, rit jaune. Sa propre fédération n'a pas voté pour sa motion. Exit le boss de la fédération de Paris, Patrick BLOCHE, déroute au PS parisien.

Mais le pire était encore à venir! Enfin, on allait voter pour élire "démocratiquement" la première secrétaire .
Ségolène (qui avait annoncé réintégrer l'ignoble Freche) arrive première.
Martine la suit d'assez près.
Benoît fait un beau score, en dépit de sa place de troisième et dernier.

Et là, entre les deux tours, on descend au niveau du café du Commerce.

Martine obtient 42 voix d'avance. A quel prix, dans quelles conditions... nul ne le sait.

Le PS a vécu. Il ne se relèvera qu'après une totale et vraie refonte.

Et on ne voit pas la maire de Lille en être capable ni en avoir le désir, trop contente de conserver les vieux éléphants à bout de souffle et d'idées.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jpdelannoy 27/11/2008 14:56

vous avez raison, Delanoe s'est ramassé une sacree veste. reste plus qu'à espérer que Paris en sera débarassé.

daniele 27/11/2008 14:53

Bravo, j'adhère à 105%