Bis repetita... à force de le dire, le redire...

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

Trois pouvoirs principaux règlent le fonctionnement démocratique de  l'Etat:                                                   

-  le pouvoir Exécutif

-  le pouvoir Législatif

- le pouvoir Judiciaire.

Ces pouvoirs sont censés s’équilibrer afin d'empêcher tout excès de puissance de l'un d'eux.

 

Mais ne peut-on pas sentir un autre pouvoir qui émerge, celui des Juges ? Qui l’équilibre ? Le Conseil Supérieur de la Magistrature, autre refuge du corporatisme ?  En est-on sûr ?

On se souvient des « erreurs judiciaires » amplement médiatisées : l’affaire Dreyfus, Blum, le petit juge de Bruay en Artois, l’affaire Outreau et le juge Burgo, promu en dépit de ses erreurs flagrantes, j’en passe et des pires.

Je suis le premier à reconnaître « errare humanum est » MAIS : PERSEVARE DIABOLICUM.

Un ancien juge, reconverti aujourd’hui en « écrivain » sur la toile et commentateur universel, a affirmé, par exemple, que Monsieur Guaino a outragé le juge GENTIL. IL N'EN EST RIEN, ne lui en déplaise.

D'ailleurs, il est grand temps de mettre fin à une aberration MONUMENTALE ET ANTI-DEMOCRATIQUE:   L'outrage à magistrat doit disparaître.

 

 

Depuis plusieurs années, un quatrième pouvoir se révèle être puissant, si puissant qu’il se flatte de ne relever d'aucune autorité: C'est le pouvoir Médiatique, lequel exerce ses activités sous le seul contrôle…du bon peuple ! Et ses « débordements » sont rarement sanctionnés.

 

La presse américaine de nombreux défauts,  c’est évident mais elle a aussi beaucoup de vertus. Il y a des journaux trash aux USA comme partout et des atteintes à la vie privée.Mais pour ce qui concerne les grands médias, la presse est exigeante, précise, travailleuse.

La presse française est moins pointue, moins précise, plus paresseuse. Et o combien partisane…

Si CNN affirme que des combats se déroulent dans Tripoli puis assure que « selon un général libyen il y aurait 96 morts », CNN dira seulement que des combats ont eu lieu parce que c'est un fait. Elle ne citera pas « on dit que... », le « selon un... » tant qu'elle n'aura pas vérifié elle-même.

 

 

En France hélas, un article écrit quelque part se retrouve souvent décliné plusieurs fois dans des quotidiens ou des hebdomadaires sans vérification, la « une » de l'un fait généralement l'ouverture du JT de 20 heures. Alors, soyons très vigilants.


Commenter cet article

Peyron 20/11/2013 12:02


O combien vrai. Bravo pour ce franc parler