EDUCATION CIVIQUE

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

Education civique? Instruction civique?

Vertus civiques, droits civiques, toutes ces expressions concernent le citoyen. Si l’on en croit Messieurs Robert, Larousse ou Quillet, le civisme est la réunion des qualités qui font le bon citoyen; la logique veut donc que nos enseignants sachent quelles sont ces qualités. La propension actuelle à utiliser tel ou tel mot à la place d’un autre engendre évidemment des confusions; civisme-civilité; légalisme-légalité. « Jadis », les classes de première portaient le nom de « rhétorique », l’art de bien dire, comme l’a défini Quintilien. Vertu oubliée...

Aujourd’hui, on parle de civisme lorsqu’on veut parler « droits de l’homme » ou démocratie, par exemple. "Les Droits de l'Homme, ce sont les droits qui protègent les hommes, qui les rendent égaux, qui expliquent ce qu'ils ont le droit de faire ou non. C'est l'ensemble des règles qui régissent les rapports entre les hommes"(rapport horizontal). Le civisme est aussi le respect dû à l’égard de la République et de ses lois (rapport vertical). Le civisme est le respect et le dévouement envers la "chose publique".

La civilité se définirait par le respect des règles du "savoir-vivre" et relève des relations entre citoyens. Distinguons le civisme de la civilité, au risque de confondre vertu privée et vertu publique, respect des règles du "savoir-vivre" et conscience politique. Mais les temps changent et les règles évoluent…(heureusement? Malheureusement?)

Il faut aussi différencier civisme et légalisme, incivisme et illégalisme. Ainsi, ne pas voter est un acte d'incivisme car "voter est un droit, c'est aussi un devoir civique". Mais ne pas voter n'a pas de valeur juridique. Res judicata pro veritate habetur: la chose jugée est tenue pour vérité.

 

Et dire que ce précepte est toujours en vigueur!

Est-ce bien raisonnable, responsable? Est-ce bien civique d’avoir la foi du charbonnier? Est-ce bien civique que la loi, de nos jours, puisse limiter la libre pensée et l’élémentaire droit d’expression? A ne pas confondre avec le droit à l’information si cher à nos journalistes… qui devraient
tous appliquer leur responsabilité civique. Lex est quod notamus : ce que nous écrivons fait loi . (Formule des notaires…) à ne pas appliquer hors propos!

« Une école qui voudrait enseigner la citoyenneté serait une école qui la pratiquerait, en faisant une place à chaque enfant, en se proposant de construire avec tout le monde où chacun pourrait vivre dans la dignité. » (propos de Marie-Danielle PIERRELÉE, responsable d'une expérimentation d'accompagnement scolaire)

Civisme et citoyenneté sont aujourd’hui des sujets récurrents. Puisque tous les enfants vont à l’école, on pense qu’elle doit leur inculquer les principes du civisme… ce qui est naturel; mais le parent n’est-il pas le premier éducateur de l’enfant? N’est-il pas le premier à devoir enseigner à son enfant la différence entre droit et devoir? L’exemple n’est-il pas une valeur éducative?

« Les élèves ont le droit d’exiger de bons professeurs » (Recteur QUENET) et ils ont le devoir de respecter leurs professeurs. Jus est ars boni et aequi : le droit est l’art du bien et du juste ! Suffit-il d’enseigner pour que les élèves apprennent? N’est-il pas naïf de penser que rajouter une question aux programmes est suffisant? Suffit-il de connaître (ou reconnaître) certaines valeurs pour les concrétiser dans nos actions?

Sunt verba et voces praetereaque nihil. « le but n’est pas toujours placé pour être atteint mais pour servir de point de mire (J.Joubert) Ne nous trompons donc pas de cible…

Si la liberté d'action, si les droits du journaliste et de l'avocat sont presque sans limite, ils ont des devoirs nombreux, importants à remplir donc une immense responsabilité ! MAIS les devoirs du magistrat sont immenses et ne devraient pas être régis par leur seule conviction. Et leurs droits devraient être surveillés. ET SANCTIONNES en cas de dérive.

Dans cette optique, Caton et Cicéron le définissent d'un seul mot : Vir bonus, dicendi peritus, « un homme de bien qui sait parler »… et qui ne parle pas et n’écrit pas à tort et à travers!
Alors, il peut être juste de dire :
Plaudite, cives: applaudissez, citoyens !


Commenter cet article