"Madame" Taubira mérite d'être connue...

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

Il y a plus de Vingt ans, TAUBIRA se faisait oublier en attendant que l'orage passe,car

son mari, indépendantiste révolutionnaire guyanais, auteur d’attentat, avait fait exploser le dépôt pétrolier de Cayenne, paralysant ainsi, tout le département.


Ce courageux guerrier avait dû fuir dans la forêt amazonienne...


Ses études en métropole terminées,TAUBIRA rentre en Guyane où elle s'engage comme militante aux côtés de son mari,
Roland DELANNON (avec qui elle aura 4 enfants).

Elle adhère au MOGUYDE, mouvement guyanais de décolonisation 
(sans doute déjà une preuve de l’amour qu’elle porte à la mère nourricière qu’est la patrie Française), et participe aux émeutes de Cayenne.
Elle sera dès lors contrainte , de vivre dans la clandestinité.
"Tous les deux jours, je devais changer de lieu, tout en trimbalant un bébé de deux mois".
Sortez les mouchoirs…
Son mari, lui, sera incarcéré dix-huit mois à la prison de la Santé.

C'est une belle récompense pour services rendus à la nation française que lui a offert Hollande.
Félicitations Mr HOLLANDE ! 
Quel média en a parlé lorsqu'elle fut nommée ministre ?
Combien de français connaissent cet épisode ?
Comme on dit :
dormez tranquilles braves gens, la justice vous protège. 


Elle est entre de bonnes mains cette justice...
En 2009, en compagnie d'un certain DOMOTA, 
elle se réjouissait des désordres qui paralysaient la Guadeloupe...


La voici aujourd'hui membre (et non des moindres) du gouvernement Z'AYRAULT.
TAUBIRA est aujourd'hui Garde des sceaux ! 
Allez, une petite dernière pour la route...
La semaine passée, elle était au cœur d'une nouvelle affaire de collusion entre vie privée et vie publique,l'Express, ayant en effet publié un article, par lequel on apprend que le conseiller spécial de la ministre n'est autre que son actuel compagnon, l’avocat Jean-François BOUTET.
"Ce conseiller spécial" - c'est l'intitulé de sa fonction –l'est à plus d'un titre :
membre à plein temps du cabinet, il est aussi le compagnon de la ministre, expliquait l'hebdomadaire.
Vive la République !
Vive la France !

Commenter cet article