Monsieur le Juge BILGER

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

Qui ne connaît pas cet ancien (?) juge tant il se répand sur les plateaux de télévision et sur son blog.

Je crains que ce monsieur soit malade, atteint d'une mystérieuse et foudroyante logorrhée; tous les sujets lui sont bons à aborder, y compris ceux qu'il connaît mal.

Monsieur BILGER parle et/ou écrit comme l'ancien magistrat qu'il fût: sans douter une seconde qu'il pût avoir tort.

Monsieur BILGER vilipende tous ceux qui ne sont pas de son bord et qui ne prennent pas ses paroles comme émanant du Saint Evangile de la Magistrature.

Monsieur BILGER affirme, par exemple, que Monsieur Guaino a outragé le juge GENTIL. IL N'EN EST RIEN, ne lui en déplaise.

D'ailleurs, il est grand temps de mettre fin à une aberration MONUMENTALE ET ANTI-DEMOCRATIQUE:

L'outrage à magistrat doit disparaître.

 

Monsieur BILGER a été et est probablement encore très proche, trop proche sans doute, du pouvoir en place pour qu'on puisse lui accorder l'impatialité qu'il prétend avoir.

Il suffit de voir qu'il ne condamne pas l'offense, L'OUTRAGE commis par ses pairs en publiant de MUR DES CONS.

 

Je reproduis ci-après un extrait d'un texte publié au mois de mars sur ce blog:

"On se souvient des « erreurs judiciaires » amplement médiatisées : l’affaire Dreyfus, Blum, le petit juge de Bruay en Artois, l’affaire Outreau et le juge Burgo, promu en dépit de ses erreurs flagrantes, j’en passe et des pires.

Je suis le premier à reconnaître « errare humanum est » MAIS : PERSEVARE DIABOLICUM ;

Les croyants catholiques accordent au Pape l’infaillibilité en matière religieuse.

Je n’ai pas entendu qu’un magistrat, juge ou procureur ait quelque infaillibilité.

Et au nom de quoi, un citoyen n’aurait-il pas le droit fondamental de critiquer un magistrat.

Et  au nom de quoi, ne pourrait-on dénoncer la collusion manifeste qui existe PARFOIS entre la presse et tel ou tel juge ?

 

« A force d'avilissement, les journalistes sont devenus si étrangers à tout sentiment d'honneur qu'il est absolument impossible, désormais, de leur faire comprendre qu'on les vomit et qu'après les avoir vomis, on les ravale avec fureur pour les déféquer.

La corporation est logée à cet étage d'ignominie où la conscience ne discerne plus ce que c'est que d'être un salaud. » (Léon Bloy,)

Commenter cet article

JPD 18/05/2013 13:09


BRAVO. JE SIGNE !

jpdelacotte 15/05/2013 10:35


Félicitations pour cette prise de position