France, ta culture fout le camp !

Publié le par il faut le dire...et parfois le faire

Les grèves reprennent de plus belle... à Garnier et à Bastille.

Il y a 40, 50 ans, le métier de machiniste était en effet un métier où le "physique" était mis à l'épreuve: porter, déplacer des décors lourds et encombrants.

Aujourd'hui, grâce à la technique informatisée, même un freluquet peut être machino.

Cela fait des décennies que les syndicalistes de l'Opéra s'évertuent à scier la branche hyper confortable sur laquelle ils sont assis.

Leur régime de travail est privilégié. (ils sont loin des 35heures!). Leur régime de retraite est l'un des meilleurs dans ces professions.

Pour ce qui est des "techniques",il serait logique et juste de leur donner la retraite à 60 ans.

Quant aux « artistiques » (musiciens d’orchestre, choristes) ils n’ont aucune raison de vouloir déroger à la règle générale.

Seuls les danseurs, naturellement, doivent avoir un régime particulier.

Si Monsieur JOEL était un peu plus présent, peut-être saurait-il mieux diriger cette grande boutique, au lieu de déléguer à un DRH qui est cul et chemise avec les syndicats.

Et, en outre, il vient de prolonger son directeur musical, l’excellent Philippe Jordan, jusqu’en 2018… alors que son propre mandat s’arrête …en 2015 !!!

Pendant ce temps là, pendant tout ce temps là, que fait le Ministre de la Culture?

Il distribue des décorations ! Comme bon nombre de ses prédécesseurs, qu'ils fussent de gauche ou de droite.

Étonnant comme les Présidents de tout bord et les premiers ministres de tout poil choisissent presque toujours des incompétents pour ce poste, pourtant vital.

Tasca, Donnedieu, Albanel, Jeanneney... pas forcément idiots mais totalement déplacés à ce poste.

Je ne vous parle pas de Michel Guy (paix à son âme), grand horticulteur (et riche). Ni de Michel d’Ornano, (paix à son âme),  archi nul à ce poste.

Pauvre J.P.Lecat, (paix à son âme),  homme sympathique mais qui ne connaissait pas grand-chose au secteur culturel.

Par charité, oublions les Trautmann, Douste Blabla, Aillagon dont la principale qualité fut d’accompagner Madame Chirac aux spectacles.

Et Jack Lang, me direz-vous ? Ah oui… l’éternel représentant de la culture, toujours flanqué de son épouse. Monsieur Lang fut sans contestation possible

le meilleur communicant, notamment pour faire sa propre promotion. Portons à son crédit la loi sur le livre. Pour le reste… les copains , le copinage…

Seul Jacques Toubon a essayé, avec passion, sur les pas de Malraux et Jacques Duhamel, dernier véritable Ministre de la Culture.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article